Pour une grande majorité de parents Canadiens, les matins de semaine sont synonymes d’angoisse.

Voici le scénario typique d’un mardi matin, sept heures et quart (pour les chanceux) :

Parent : « Qu’est-ce que tu veux manger pour déjeuner ? »

Enfant : Silence radio.

Parent : « Il faut faire vite, dépêche-toi à faire un choix. Des céréales, des toasts, du gruau, des gauffres […] ? »

Enfant : « Des céréales. »

Une fois les céréales déposées sur la table, vous quittez la cuisine pour aller vous préparer. À votre retour, vous jetez un coup d’oeil à l’horloge et vous vous rendez compte que vous devez quitter la maison sous peu pour aller reconduire votre enfant à l’école (ou à la garderie) et que votre enfant n’a encore presque rien mangé. Généralement, c’est ici que vous vous emportez en imaginant le trafic s’accumuler sur l’autoroute pour vous rendre au travail et la discussion devient rapidement un monologue sans aucun sens pour l’enfant.

Comme intervenante en soutien aux familles, bien souvent, j’entends vos inquiétudes à travers les « reproches » que vous faites à vos enfants. Comme dans cet exemple. Des reproches qui sont loin de vouloir causer du tord à vos touts petits, bien au contraire, mais qui peuvent tout de même leur apporter un inconfort, voire un stress de ne pas être en mesure de répondre à vos exigences. Et de votre côté, une frustration qui n’est pas nécessaire. 

Plusieurs enfants refusent de déjeuner (ou mangent peu) avant de quitter la maison. Parfois par manque d’appétit, dû ou non à la prise de médicaments, parfois par sensibilité ou trouble alimentaire ou par manque de choix (l’inverse est aussi vrai). Bref, un tas de raisons peuvent expliquer cette situation que plusieurs parents rencontrent les matins de semaine.

Avez-vous déjà pensé adapter vos propositions de repas pour diversifier leurs déjeuners, tout en leur offrant un maximum de nutriments dans une plus petite portion et vous permettre de gagner du temps ? J’ai pensé vous proposer quelques variantes intéressantes pour rassasier leur faim, sans sacrifier les bons aliments et en tenant compte bien sur de votre réalité temporelle.

Les smooties : 

Les jus de fruits améliorés permettent de personnaliser le déjeuner de chacun selon ses goûts en seulement quelques instants et vous assurent d’offrir un bon soutien en y ajoutant un yogourt, du tofu, de la germe de blé ou de l’avoine, des grains ou un super aliment (la poudre de maca en est un super qui a peu de goût si on le dose bien). Ils donnent aussi l’impression aux enfants qu’on ne leur exige pas de manger autant qu’un bol de céréales… et pourtant !

Les boules d’énergie : 

Comme leur nom l’indique, ces petites boulettes sont remplies d’ingrédients santé et encore une fois personnalisés à vos envies afin de vous soutenir jusqu’à la prochaine collation ou au prochain repas. Elles ne nécessitent aucune cuisson, alors aucune excuses pour ne pas les essayer !

Les rouleaux de printemps aux fruits :

Le concept est assez simpliste, il suffit d’enrouler des fruits dans une feuille de riz. C’est excellent avec une trempette au yogourt grecque !

Les muffins au pain ou muffins santé :

Encore une option que vous pouvez cuisiner à l’avance et qui se conserve bien ! Les muffins sont souvent perçus comme un dessert, mais si on les cuisine en y ajoutant des fruits frais ou congelés, des compotes de pomme et des grains, ils deviennent une très bonne source d’énergie pour toute la famille !

Les crêpes au gruau :

Voici une belle variante aux crêpes vides de nutriments qui demandent parfois trop de préparation pour les jours de semaine. Seulement 3 ingrédients sont nécessaires pour créer une portion simple : 1 oeuf, 1/4 de tasse de lait au choix et 1/2 tasse de gruau ou d’avoine coupée, on mélange, on fait cuire rapidement et on déguste !

La plupart du temps, une simple solution a la capacité de changer la dynamique de toute une cellule familiale ! Essayez, vous verrez !

Si vous avez apprécié cet article, n’hésitez pas à le partager sur les différentes plateformes de réseaux sociaux.